Que faire ?

Il existe de multiples profils d'élèves, je vais en détailler quelques-uns.

1/ Elèves avec des énormes difficultés scolaires :

Première étape : demander aux collègues ayant déjà eu cet élève les actions déjà menées et les échanges avec les parents.

Deuxième étape : rencontrer les parents pour expliquer les difficultés. En fonction de celles-ci (confusions de sons, lecture très difficile, inversions des lettres, problèmes d'élocution). Il est possible de demander aux parents de faire un bilan chez une orthophoniste. Si vous voulez échanger avec les spécialistes, il faudra l'accord des parents). Si l'orthophoniste révèle une dys. vous avez des aides dans l'article suivant :

https://fr.simplesite.com/builder/pages/preview3.aspx

Si des problèmes au niveau du graphisme ou de la représentation sur une feuille, vérifier la vue chez un ophtalmo mais aussi chez un orthoptiste (rééducation des yeux : pour que les deux yeux balaient en même temps le texte). Possibilité d'une rééducation du graphisme aussi.

Troisième étape : si les résultats sont très faibles en mathématiques et en français, ne pas hésiter à faire passer les évaluations de CE2 à l'enfant. si les résultats sont entre 50% et 60%, il faudra peut-être penser à une orientation SEGPA. Pour cela, un bilan avec le psychologue scolaire s'avère important.

Si les résultats sont supérieurs aux pourcentages mentionnés l'enfant a peu de chance d'être accepté en SEGPA, par contre afin de l'aider à progresser au mieux, il faut demander une visite avec le médecin scolaire pour construire un PAP.

Quatrième étape : s'il y a une orientation en CROP, ULIS... il faut effectuer une équipe éducative (lors de la première EE l'enseignante référente n'est pas présente par contre elle le sera aux suivantes). Il faudra faire une reconnaissance à la MDPH et l'enseignant doit avoir complété un GEVASCO (document à récupérer sur le site de la circonscription).

Pour une demande d'AVS ou d'aide informatique, il faut une reconnaissance à la MDPH.

En classe, on peut utiliser le tutorat, un sous-main avec des aides adaptées et un travail spécifique à la capacité de cet élève.

 

2/ Elèves avec un PAI :

Il existe de multiples PAI (asthme, allergies, diabète...). L'enseignant doit déjà connaître les PAI de ses élèves et avoir les traitements à proximité pour pouvoir agir rapidement. Il doit aussi savoir faire les gestes nécessaires (piqûre...).

Il faut absolument emporter les médicaments lors de chaque sortie.

Ne pas hésiter à prendre rendez-vous avec les parents pour expliquer en cas de doute. Ou avec le médecin scolaire si besoin de gestes médicaux à faire (comme les piqûres...).

 

3/ Elèves avec des problèmes auditifs :

Que l'enfant soit appareillé ou non, il faut toujours lui parler en le regardant (beaucoup savent lire un peu sur les lèvres et ils porteront attention s'ils voient qu'on parle).

Les mettre au premier rang et si une seule oreille ne fonctionne pas il faut placer l'enfant pour que son oreille valide soit orientée vers l'adulte.

Si on travaille sur des textes auditifs ne pas hésiter à donner aussi le texte à l'écrit pour qu'il ait un support (en anglais notamment).

 

4/ Elèves en attente d'orientation :

L'enfant est en attente de place dans une autre structure mais son handicap a été avéré, dans ce cas il faut adapter au maximum. Ne pas hésiter à demander une aide aux responsables à l'inspection. Par exemple, il existe une responsable dys qui se déplace dans les classes pour travailler avec les élèves de manière individuelle à raison de 45 minutes par semaine.

Si l'enfant a une AVS, ne pas hésiter à échanger avec elle et lui donner une programmation précise et adaptée par semaine pour que l'enfant progresse au mieux.

Lui donner un fichier adapté à son niveau par exemple un fichier CE1 en maths même si l'enfant est en CM2, mais lorsque toute la classe est en numération lui aussi...

 

5/ Elèves violents :

Il existe aussi une personne responsable des comportements violents à l'inspection. Ne pas hésiter à la faire venir en observation dans la classe, si l'enfant est ingérable.

Demander aussi un bilan chez les psychologue scolaire aux parents.

Mise en place d'une fiche de comportement spécifique à l'enfant avec des choses très précises à réalisées. (par exemple : se ranger dans le calme, ne pas taper les autres à la récréation...). Il y aura une case d'auto-évaluation pour l'enfant et une case pour l'enseignante. Et une case commentaire pour compléter les progrès ou non durant la semaine. L'enfant complète en vert, orange, rouge et il peut préciser ce qui a été difficile pour lui. Le papier doit être compléter tous les jours en échange au bureau avec l'enseignant sous forme de discussion. En fin de semaine, les parents signent la feuille. Bien évidemment, il faut rencontrer les parents en amont pour expliquer cette fiche et en parler avec eux. Lorsque l'enfant déroge à une des règles il doit faire un texte pour expliquer son erreur et dire ce qu'il aurait dû faire.

 Si l'enfant ne respecte pas les règles, il peut être isolé en mettant son bureau seul au fond de la classe. Et lui dire clairement qu'il réintègrera la classe lorsqu'il respectera les règles. Pour l'instant, il fait le même travail que les autres mais il perd tous les avantages (déplacements, confiance, entre-aide...). Il peut aussi être isolé en récréation si les problèmes viennent à ce moment là.

S'il respecte les règles il gagne en avantage, il réintègre la classe, peut avoir sa responsabilité de la semaine ( mot de félicitations dans le cahier, distribuer les feuilles, se déplacer, aider un camarade, aller aux ordinateurs...).

Il faut valoriser les efforts.

 6/ Elèves avec des troubles autistiques :

Il faut réussir à capter l'attention. Ne pas hésiter à s'approcher, se mettre face à eux et répéter plusieurs fois calmement si besoin.

Ne pas toucher l'enfant.

Il existe de multiples profils d'enfant autiste. Ne pas hésiter à discuter avec les parents et avec les spécialistes qui le suivent.

La règle d'or  pour tous ces profils : Ne pas hésiter à demander de l'aide aux collègues, aux conseillères pédagogiques, au RASED...Ne pas rester seul devant un problème et ne pas se sentir incompétent.